Forum Index

Soi, éveil, libération, Ultime Absolu, Amour, coeur
 
 Forum IndexFAQSearchMemberlistUsergroupsProfileRegisterLog in

PLUIE DE ROSES - Les miracles de Thérèse au début du XXème

 
Post new topic   Reply to topic     Forum Index -> L'Absolu -> Mystiques
Previous topic :: Next topic  
Author Message
Advaita


Offline

Joined: 21 Mar 2012
Posts: 739

PostPosted: Wed 28 Nov - 17:59 (2012)    Post subject: PLUIE DE ROSES - Les miracles de Thérèse au début du XXème Reply with quote

QUELQUES-UNES DES GRACES ET GUERISONS ATTRIBUÉES A L'INTERCESSION
DE LA SERVANTE DE DIEU
SŒUR THÉRÈSE  DE  L'ENFANT-JÉSUS
 
  
   
I  

  

  

  
  
  
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/carmel/thereseenfj/pluieroses/pluieroses01/index.htm


Plusieurs centaines des innombrables grâces et miracles attribués à l'intercession de Soeur Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face furent consignés entre 1906 et 1914 (c'est-à-dire avant sa béatification qui eut lieu en 1923), et publiés en plusieurs tomes sous le titre "Pluie de Roses".

En voici un exemple parmi beaucoup d'autres à découvrir in Pluie de Roses I à l'adresse copiée ci-dessus !




21. - F., Angleterre.
 
Dans la troisième semaine de juin 1908, sœur Catherine C, postulante au noviciat de la congrégation de X., Londres, glissa malheureusement deux marches d'un escalier et se foula gravement le pied. Le repos et les remèdes ordonnés par le médecin n'apportèrent aucune amélioration. Le pied restait enflé et décoloré, de sorte que la sœur ne pouvait marcher.
 
On fait examiner la blessure à l'Hôpital du Royal Collège au moyen des Rayons X,
 
et le pied malade est enfermé dans une gouttière de plâtre. Le chirurgien ordonne qu'il reste ainsi durant six semaines. Au bout de ce temps, le mal n'ayant point diminué, et la sœur souffrant beaucoup, on essaya un vésicatoire pour réduire l'enflure, mais sans plus de succès. Enfin, le spécialiste de l'Hôpital fut appelé à F. Après une consultation avec le médecin du couvent, il donna une très sérieuse appréciation du mal, et déclara qu'il n'espérait le guérir que sous sa particulière surveillance.
 
Une opération devient nécessaire.
 
Ayant su que les parents de la novice désiraient qu'elle fût soignée chez eux, le spécialiste parla d'écrire à un certain professeur du pays pour lui donner ses conseils au sujet de l'opération. De plus, il avertit que les plus grandes précautions seraient à prendre pour le voyage, et que le moindre choc suffirait pour aggraver le mal et rendre une amputation inévitable.


Le mardi suivant, 3 novembre, le Révérend Père frère de la novice, arriva à F. dans le but de la ramener chez elle. Il fut bien affligé de l'état de son pied, et en le voyant d'une si mauvaise couleur, enflé et complètement informe, il comprit clairement qu'une opération devenait urgente.


On prit des mesures pour qu'une voiture d'ambulance se trouvât prête dés l'arrivée de l'infirme à G. Jusqu'alors on avait caché à sœur
 

Catherine voit la nécessité de son départ. Elle fit des instances pour rester au monastère, mais le cas était trop grave et il lui fallut accepter l'épreuve. Elle fit donc bien tristement ses adieux au noviciat, et la voiture qui devait l'emporter loin du couvent qu'elle aimait et regrettait si vivement, fut demandée pour le lendemain matin, à huit heures et demie.
 
Venons maintenant à la Thaumaturge qui intervint si merveilleusement cette nuit-là même.


Lors de l'accident, on avait placé sur le pied malade une médaille du Sacré-Cœur, on avait employé de l'eau de Lourdes pour les pansements. Des neuvaines furent faites au Sacré-Cœur, à la très sainte Vierge et à plusieurs saints, mais le Ciel semblait sourd à toutes les demandes


Le 3o octobre, après la décision du chirurgien, sœur Catherine, de l'avis de sa Supérieure, commença une neuvaine à Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus et plaça parmi ses bandages un pétale de rose avec lequel Sr Thérèse avait autrefois embaumé et caressé son crucifix, sur son lit d'agonie. On avait d'ailleurs dans le couvent une grande dévotion à cette jeune sainte contemporaine, et cette dévotion était sur le point de recevoir sa récompense.


« Le vendredi soir, 3o octobre, écrit sœur Catherine dans sa relation, j'avais commencé une neuvaine à la « Petite Fleur » avec une grande confiance. Je ne la perdais pas de vue un seul instant, toujours je la priais d'avoir pitié de moi et de me guérir pour sauver ma vocation. Le 3 novembre, veille de mon départ, je me couchai vers 9 heures, ressentant une excessive douleur dans le pied. Je conjurai alors la « Petite Fleur » de m'obtenir enfin du Dieu Tout-Puissant ma guérison. A chaque fois que je m'éveillais, je lui faisais les mêmes instances. Vers 3 heures, je m'éveillai encore, mais cette fois, ma cellule était remplie de lumière. Je ne savais quoi penser de cette exquise clarté et je m'écriai : « O mon Dieu ! qu'est-ce que cela ? » Je restai dans cette lumière pendant trois quarts d'heure, et je n'arrivais pas à me rendormir, malgré mes efforts. Alors je sentis comme l'impression de quelqu'un qui enlevait les couvertures de mon lit et m'excitait à me lever. Je remuai mon pied, et quelle ne fut pas ma surprise de trouver les sept mètres de bandages, qui avaient été liés très fortement et dont je n'aurais pu me passer, complètement retirés. Je regardai mon pied, il était entièrement guéri. Je me levai, je marchai, et ne sentant plus aucun mal, je tombai à genoux en m'écriant : « O Petite Fleur de Jésus, qu'est-ce que vous avez fait pour moi ce matin! Je suis guérie ! »


Vers l'heure de la Messe, on vint chercher sœur Catherine pour la conduire à la chapelle, mais elle dit qu'elle n'avait plus besoin de l'appui d'un bras, ni de la canne dont elle se servait d'habitude. Elle descendit seule l'escalier et courut vers sa Supérieure.
 
« La « Petite Fleur » m'a guérie, ma mère », lui dit-elle. Et tout aussitôt, la nouvelle se répandit dans la communauté, comme une traînée de poudre. Une sorte de crainte planait sur la maison avec le sentiment que Dieu avait passé par là.
 
La Mère Provinciale vint bientôt et se rendit compte par elle-même de l'événement. Pour prouver qu'elle était bien guérie, la novice marcha de long en large à l'extérieur de l'église, et montra qu'elle portait sa chaussure ordinaire, au lieu de la chaussure d'infirme qu'on lui avait préparée, à cause de l'enflure.


Enfin, elle resta tout le temps de la Messe à genoux et marcha d'un pas ferme pour recevoir la sainte Communion des mains de son frère. Celui-ci ignorait encore le miracle, mais il avoua ensuite que jamais, depuis sa première Messe, il n'avait reçu autant de consolations divines qu'à cette Messe-là. Témoignage touchant encore du pouvoir d'intercession de Sr Thérèse en faveur des prêtres, pour lesquels elle aimait tant à prier !


Immédiatement après la Messe, la Mère Prieure alla le trouver et lui raconta ce qui était arrivé. Alors, très ému, il entonna le Te Deum, que la novice poursuivit debout avec la Communauté entière, dans une joie et une émotion indicibles.
L'examen du pied montra que la décoloration, l'enflure, les marques du vésicatoire et des pointes de feu avaient disparu et qu'il était revenu à sa forme naturelle.


La gratitude de la novice et des sœurs fut profonde, en vérité, devant cette intervention de leur bien-aimée « Petite Fleur ». D'autres, pour lesquels son parfum odorant est une joie toujours renaissante, apprendront avec plaisir ce nouveau gage de sa puissance, au milieu d'une génération incroyante.


« Vous nous regarderez d'en haut, n'est-ce pas ? » disait-on à Sr Thérèse de l'Enfant-Jésus, lorsque, âgée de 24 ans, elle était mourante à Lisieux.


« Non, répondit-elle, je descendrai. »


A F., comme en bien d'autres lieux, la « Fleur de Jésus » descendit.
 




  
  

  
  


  
  
  

  


Last edited by Advaita on Wed 28 Nov - 22:54 (2012); edited 1 time in total
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 28 Nov - 17:59 (2012)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
M'Uriel


Offline

Joined: 17 May 2012
Posts: 3,005
Localisation: Hic et Nunc

PostPosted: Wed 28 Nov - 18:33 (2012)    Post subject: PLUIE DE ROSES - Les miracles de Thérèse au début du XXème Reply with quote

merci Advaita!
THERESE!!

_________________
Présence


Back to top
p'tite soeur


Offline

Joined: 22 Mar 2012
Posts: 579
Localisation: gers

PostPosted: Wed 28 Nov - 21:37 (2012)    Post subject: PLUIE DE ROSES - Les miracles de Thérèse au début du XXème Reply with quote



  que de beauté, que d ' amour!
  merci!

_________________
AIME ET FAIS CE QU' IL TE PLAIT
"mon coeur est libre, il s' envole comme un faucon!"


Back to top
Eternité


Offline

Joined: 01 Jul 2012
Posts: 775

PostPosted: Wed 28 Nov - 22:52 (2012)    Post subject: PLUIE DE ROSES - Les miracles de Thérèse au début du XXème Reply with quote

La Grâce de Sainte Thérèse...

Merci Advaïta   

_________________
Amour et Liberté.


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic     Forum Index -> L'Absolu -> Mystiques All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Thème Pluminator imaginé et réalisé par Maëlstrom